9/07/2017

On veillit bien, non ?

 Young Aphrodites (Μικρές Αφροδίτες Mikres Afrodites) - 1963
Directed by Nikos Koundouros


Levé tôt pour écrire un poème sur la rencontre fortuite de notre amour et de notre jeunesse (suis comme ça moi je me lève tôt pour écrire un poème sur la rencontre fortuite de notre amour et de notre jeunesse). Pourquoi est ce qu'en plein milieu de l'obscurité je me suis souvenu de ce moment il y a quinze ans où une aube de juillet coulait par dessus les toits de Montpellier comme une ribambelle de saumons excités ? Nous étions les deux rescapés de la nuit, couchés sur les tuiles roses, tu avais une robe blanche et j'avais posé ma main sur ton ventre pendant que tu t'endormais. Avec le peu de neurones qu'il me restait, je m'étais dit ça y est, j'aime quelqu'un qui m'aime. Sans savoir encore mais en sentant déjà que ma vie d'adulte, la vraie, allait commencer là. Dans cette façon d'assumer le risque de vivre qu'autorise parfois l'amour. A présent le jour est levé, tu es partie vite, en retard, à ton nouveau travail. A peine le temps de se croiser et de mal se comprendre. Je regarde les photos des enfants sur les murs en buvant à petites gorgées ma veille compagne la solitude au fond du bol de café. On a avancé. On a pris des coups. On s'en est donnés. On sait bien à présent que personne ne s'aime jamais comme il faudrait. Qu'à chaque instant on doit se retrouver. Le jour est bien levé maintenant, sa bataille habituelle commence. J'entend à la radio qu'on vieillit plus vite dans l'espace. Ok mais à condition d'y être ensemble. Veillir c'est savoir que ça vaut le coup d'essayer.

1 commentaire:

Stéphane KABAMBA a dit…

De jolis mots, comme tu sais les écrire !

Poétiquement, Stéphane